15/05/2005

Solène






Garder le contrôle.
 
Elle fait tout raisonnablement, elle gère. Et trace les lignes de la vie, la vie son mal, de façon régulière. Les cicatrices finissent toujours par se refermer... oh on dirait du stylo... égoïste nombriliste et le monde tourne, même à l'envers... tu as dû saigner... et elle rit à cette remarque. Oui, non, un peu, pas tellement, elle ne sait plus. Et dire que c'est arrivé à un moment d'éclairci, elle replonge, elle replongera. 
S'arracher un membre.
 
Autant dans son esprit éclatent sourdement des feux d'articfices qui finissent par tout embraser, autant elle reste calme, le visage placide. Elle s'enfonce dans la folie mais doucement, pas à pas. De toute façon elle a trop de repères et trop d'espoir, pas assez d'insouciance ni d'impulsivité. Parce qu'elle sait où s'arrête le domaine du rêve et une fois sortie, sent bien qu'elle ne peut plus faire marche arrière.
 
Alors elle reste au niveau intermédiaire. Solène n'atteindra pas l'enfer.
Pas aujourd'hui non.
Alors elle égraine les mots. Solène ne verra pas le paradis.
Non plus.
Et celui-là qui lui manque.







12:34 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/04/2005

||






||




















14:36 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

27/04/2005

Graphein

Magiques ces mots couchés sur du papier qui rendent heureux. Et pas n'importe quel papier, doux, spécialement choisi... pour moi. Et le battement plus que précipité du coeur à voir son nom posé sur une enveloppe, finalement... peut-être que... oui... j'ai des amis, des gens qui n'ont pas peur de laisser les chats sortir de leur boîte... Hésiter... non ...avoir envie d'ouvrir, et puis faire durer le plaisir de l'inconnu, essayer de deviner combien de pages sont scellées, et continuer à sourire, parce qu'on touche une forme de réalité autre que virtuelle, parce qu'il y'a forcément quelqu'un derrière ces lettres finement tracées. Lire, relire... s'imprégner de ces mots qui nous sont secrets... enfin... le reste n'appartient qu'à lui.

21:17 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Parce qu'on n'en parlera pas assez à la télé




150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage
 
Le soleil se couche dans la savane africaine,
Assiatou est assise, toute lointaine,
Une peau chocolat, de courtes tresses noires,
De grands yeux tristes, aux alizées du soir.

Les grands Hommes Blancs sont venus,
Lui ont arraché oncles, soeurs, et frères,
Elle sait qu'au nord ils sont battus,
Réduits à baisser la crinière :

"Par le pouvoir des mânes de mes ancêtres,
Par ces yeux qui nous ont vus naître,
Protège-les
Parce qu'ils sont le poumon de l'Afrique,
Parce que sont finis ces temps antiques,
Pardonne-les
Parce qu'ils n'ont rien compris et méprisent la vie
Parce qu'ils dédaignent la différence et nos danses"
 
Il viendra le temps où mon peuple en colère, las de voir ses enfants déserter notre terre, viendra les délivrer de ces liens qui enchaînent, alors la liberté verra finir nos peines...




















20:30 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/04/2005

Usure

Et chaque jour que je me lève, cette impression de traîner mes pas lourds sur les mêmes sentiers qui ne mènent nulle part, à force de rire parce que c'est le moment et qu'au fond peut-être que c'est drôle...
 
Et à la quantité d'encre que j'ecoule, les mots même parfois me semblent si vides... peine, larmes, incompréhension, doutes, quelques mots parmi tant d'autres qui ont pris un sens tellement abstrait mais restent là, comme emprisonnés au fond, tout au fond de mon être.
 
Et il y'a ces matins où le soleil me sourit... comment lui rester fidèle toute la journée alors que je sais que je vais voir accumuler toutes ces choses qui petit à petit font tomber la pluie.
 

Et ces murmures qui ne traverseront jamais mes lèvres, les épaules courbées, la tete qui se baisse, une attitude inconsciemment sur la défensive.
 
Et pendant que d'autres brillent d'intelligence ou même de connerie, rester dans l'ombre, essayer de se faire la plus transparente possible, disparaître six pieds sous terre...
 
Et on transpire la gêne, une forme de phobie sociale, ça se lit dans ces yeux qui fuient vers l'ailleurs dès le premier regard.
 
J'aurais passé mes années primaires à aimer, le collège à me chercher, le lycée à m'oublier sans me trouver encore. J'attends tellement des gens, de moi, je n'ose dire de la vie de peur qu'elle ne m'entende et décide de me faire espérer en vain... mais je chuchote... assez fort il me semble.

21:58 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/04/2005

Elle

                                          

Elle rêvait de lui, comme d'un idéal en fuite
L'eternité sur son visage
Elle tendait son bras, vite, saisir le fugitif
Décadence en ses lèvres bleues
Elle voyait en sa chair les voies noires du mal
Un baiser éducoloré
Elle chantait sous la pluie une sourde chanson de toile
Salée sa douleur pas-sage
Elle jouait de son âme au plus loin la lâme
Liaisons dangereuses, amicales
Elle comptait : un deux trois, rectifiait et corrigeait
Duo de saveur bien etrange
Elle gisait pâle, sans armes, sur le creux de la vague
Noyée vivante sur le rivage
Spirituelle, Sang sue elle, Passionelle, eternelle
Survit...sourit...vit-elle ?




18:38 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/04/2005

Refrain

 "Come back to the pain. (...) This is the greatest moment of your life and you're off somewhere, missing it. You have to consider the possibility that God doesn't like you, he never wanted you. In all probability he hates you. This is not the worst thing that can happen...We don't need him... Fuck damnation. Fuck redemption.
 
We are God's unwanted children with no special place and no special attention and so be it. We are the middle children of history, with no purpose or place. We have no great war or great depression. The great war is a spiritual war. The great depression is our lives."
 
Tyler Durden - Fight Club
 
Comprenne qui pourra.

17:32 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/04/2005

Je suis lâche mais je me soigne

Hier en rentrant chez moi j'avais envie d'entendre les aventures de mon frère, pouvoir lui dire t'es con et piteux sans le penser, pouvoir me moquer de lui sans avoir peur qu'il m'en veuille, mettre ma musique à fond, juste pour qu'il me dise que je suis une hardosse...et rire, rire juste pour oublier ma journée de m****. On ne peut pas compter sur mon frère, il n'était pas là, je le retiens.
 
Je deteste ma classe, je ne m'en suis jamais rendu compte avec autant de force que ce matin. Aucune envie d'affronter les regards jaloux d'une fille mal défrisée, le regard hautain de super monkey, l'air faussement innocent d'une blonde, les blagues à deux yens de Titus, et j'en passe. Pas envie de marcher dans les couloirs du lycée, voir tant de monde et puis ne voir personne au fond, me faire bousculer et ne même plus me retourner, me sentir pleine d'amour pour les rares personnes qui disent merci quand on leur tient la porte... nope pas ce matin.
 
Alors mettre sur son visage un masque de souffrance, jouer la comédie, Maman j'ai mal à la tête, j'peux pas aller au lycée...J'te jure je ne simule pas...Et puis une fois avoir passé l'audition avec succès, prendre des cachets au goût amer, non pas parce que ça va guérir cette migraine qui apparaît vraiment, mais pour espérer me soulager de l'amertume qui s'installe tout au fond.
 
Je n'ai pas fait ça que pour moi, hein, pour les autres aussi...je ne m'amuse pas à plomber l'ambiance tous les jours.
 
[J'ai découvert un nouveau jeu]

18:03 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/04/2005

The dreams in which I'm dying are the best I've ever had

J'offre à quelqu'un un magazine et s'ensuivent des interprétations qui me paraissent injustes, fausses et terriblement révélatrices de choses que je n'aurais jamais imaginé. Colère, doutes... finalement résignation. Je sais maintenant et c'est mieux comme ça au fond, mais qu'on ne me refasse plus le coup. J'ai été tentée de fermer les yeux sur les choses qui ont été dites/écrites, finalement j'ai choisi le chemin de la franchise - je l'aurais épargné lui, mais pas moi.
 
Je ne voudrais empêcher personne de dormir. Qu'on me dise que je le fais, j'ai du mal à le croire de toute façon. Aujourd'hui je me sens bizarre, comme si rien au fond n'avait de sens, je suis là, je marche, souris, place une phrase ou deux... j'aimerais éprouver du plaisir en toute chose. Je devrais me bouger pour mon bonheur, oser parler des choses réelles qui me touchent, me font vibrer d'une façon positive ou négative, et ceci à des personnes près de moi, cesser d'entretenir des illusions dans lesquels je finirais par me perdre. En réalité je ne crois pas que je m'y perdrais, j'ai mon fil d'Ariane...long très long, ce qu'on appelle espoir, attente.
 
J'ai l'intime conviction que je me trouve parfois avec les mauvaises personnes, au mauvais endroit, au mauvais moment... c'est toujours là qu'on reçoit les balles perdues.
 
[ Tous mes paragraphes commencent par Je... M. pense qu'un blog c'est pour les purs narcissiques... perspicace ]

11:21 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/04/2005

/ Soupire /

Un an déjà.
 
Et de mots en phrases, de rencontres en absences et de larmes en sourires...
 
J'aime ce lieu comme je m'y suis (re)construite
 
Merci

00:26 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/04/2005

Questionnaire

Veline me trouve trop jeune pour être idiote... alors :
 
Combien lisez-vous de livres par an ?
 
Euh, en terme d'année je ne sais pas... Il fut une période où j'en lisais 3 ou 4 par semaine, mais en ce moment ça tourne à un seul malheureusement par mois. J'aimerais lire beaucoup plus, mais pas le temps...


Quel est le dernier livre que vous ayez acheté ?

 
Les intouchables de Narendra Jadhev
Parce que j'ai une certaine passion pour l'Inde et que c'est vraiment un phénomène qui m'intrigue. J'achète...j'accumule... je lirais tantôt.
 
Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?
 
"Les liaisons dangereuses" de Laclos
Lycée oblige


Listez 5 livres qui comptent beaucoup pour vous ou que vous avez particulièrement appréciés.
 
- Tous les Roald Dahl, ceux qui m'ont donné envie d'écrire
- "Sang d'Afrique" de Guy des Cars
- "Teen Spirit" de Virgine Despentes
- "Racines" d'Alex Haley
- "Les Eternelles" de Yves Simon, parce que : 
"il  y'a, de par le monde des gens rares et  providentiels, qui ont tant appris de la vie qu'ils sont en mesure à leur tour de se rendre disponibles aux autres"


A qui allez-vous passez le relais (3 blogs) et pourquoi ?
 
Euh... à personne, ceux qui veulent répondre peuvent le faire

17:26 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/03/2005

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

Rester serait mourir un peu
Rester serait comme une sorte de désaveu
Mais partir c'est recouvrer ses sens
C'est comme une seconde naissance

Et quand je n'en pourrai plus
Je viendrai me ressourcer
Je suis bien trop orgueilleux
rester serait comme une sorte de désaveu

Mais partir c'est recouvrer ses sens
C'est comme une seconde naissance
Et quand je n'en pourrai plus
Je viendrai me ressourcer

Et quand je ne serai plus
Sûr de savoir qui je suis
J'irai arpenter tes rues
Même en pensées
Je viendrai m'y ressourcer
 
Me Ressourcer, L'Air De Rien
Paroles & Musique : Tété







21:08 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

22/03/2005

Détresse d'une mère



 
Pardonnes moi, embryon, en ma bulle ronde enfoui,
Ce désir qui me hante, te tuer, car par ici,
Le monde abattra tes rêves, comme furent les miens,
Détruire même inexistant notre plus infime lien.

Tu buvrais en mon sein de la vie le poison,
Respirerais l'air putride sans une seule question,
Jouerais à leurs jeux sans malice mais diaboliques,
Sous la pulsion infâme de tes désirs phalliques.

Car tu hériterais de ses plus sombres vices,
Enfreindre les barrières de la pudeur sans patience,
Que ne dit-on sans cesse : tel père et tel fils !

Alors tu serais une erreur, un pêché coupable,
Pas ces cris, ni ces larmes qui bénissent une naissance,
Fantôme gris, sans vie, entre mes cuisses palpable...









11:29 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/03/2005

Qui a dit que j'étais injuste ?


 
"Allah n'est pas obligé d'être juste dans toutes ses choses ici-bas"
(Ahmadou Kourouma)
 
Même lui il est pas obligé...alors moi, certainement pas :-p


23:46 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/03/2005

Je ne t'oublierai jamais mais...


Thought I'd cry for you forever
But I couldn't so I didn't
People's children die and they don't even cry forever
Thought I'd see your face in my mind for all time
But I thought all wrong and the world did not end
Didn't even need therapy to rehabilitate my smile...
(Rejazz, Regina Spektor)
 
C'est marrant. J'en ai versé des larmes, j'ai cru dans l'excès du moment que je ne pourrais jamais l'oublier. Le monde était injuste, ma mère était injuste, Dieu auquel je ne crois même pas était injuste. Ma vie allait changer, redevenir si vide sans ses mots, j'allais ressentir un manque énorme... à jamais. Pourtant, je suis là, je souris vraiment parfois, les larmes ne viennent plus, et je ne m'attache et ne m'attacherai plus jamais à quelqu'un comme ça. Parce que c'est insensé quelque part, et qu'il faut d'abord apprendre à être heureuse seule. Je le pense.
 
Aujourd'hui j'ai entendu une chanson. J'ai la manie d'associer à chaque personne que j'aime bien une ou plusieurs chansons. Alors j'ai entendu une de ses chansons... Rien. Le souvenir que c'était la sienne mais c'est tout. Pas de regrets, de nostalgie, de larmes ou même seulement de peine...rien. J'aime pas le mot rien.
 
Ca veut dire que le Tout est parti.



19:10 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/03/2005

Le temps coule...

Tout le monde il est gentil, tout le monde il est beau... voilà ce qui pourrait exprimer mon etat depuis quelque temps. Comme une certaine fille qui a arrêté de penser au sexe depuis le printemps, peut-être que je fonctionne en fonction des saisons moi aussi, j'sais pas.
 
Sinon, ça fait un an pile que je connais mon correspondant Jo. sur la toile, il est devenu ce que j'appelles plus ou moins (plus plus) un ami. Moi je voyais pas le temps passer,  il m'envoie un mail, belle attention :
 
Just thought you might be interested to know that, today being March 15, 2005, we have now known each other for exactly one year. Happy aniversarry!!
 
Ouf, le temps passe...ce qui me fait penser que mon blog aura un an aussi dans moins d'un mois.
 
Ne trouvez-vous pas que le mot bonheur en français semble avoir plus de valeur que son équivalent anglais happiness ? Et que dire je suis heureuse sonne plus sérieux que I'm happy ?

19:10 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/03/2005

Schweigsam

 

Interminable d’un silence angoissé,

La plainte d’un enfant solitaire et muet,

La langue pendue, mots vains suspendues,

De minuscules fragments atrophiées.

 

Ecoutes la sérénité du non-dit,

Regarde ses traits déformés de douleur,

Voici le cœur de l’enfant qui te crie :

Entends le rythme aphone de mon deuil !


Son silence se glace en sa sombre nuit,

L’essentiel demeure invisible pour l’œil,

Des plumes d’acier délicates coupent l’air,

Et s’étendent sur l'inaudible vacarme...

 

La tête vers le ciel, les épaules courbées,

Supporte le poids d’un langage mort,

S’abrite loin de leurs feintes promesses,

Comprendre enfin que le silence est d’or...



13:39 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

12/03/2005

Coin operated boy

Je viens de rentrer d'un concert époustouflant ! Teen machine + The dresden dolls, bien sûr j'étais venue pour les Dresden dolls. Teen machine, comme toute première partie inconnue qui se respecte, c'était pas génial du tout, une fille qui surjouait et un guitariste...absent, presque.
Mais alors Amanda et Brian (Dresden) trop trop performants, surtout Brian, jamais vu un batteur aussi charismatique mais surtout énergique ! Y'avait une vraie complémentarité musicale entre eux je trouve, jeu de regards, de sourires...J'étais au deuxième rang alors j'ai eu un merveilleux aperçu.
 
Je me rappellerais de la fille aux cheveux roses fuschia qui prenait de belles photos, du gotheux naze qui n'arrêtait pas ses commentaires à côté de moi et qui finalement n'a fait qu'une remarque intéressante : wouhou (c'est pour dire si c'était naze ce qu'il disait) et puis la femme de 35ans environ qui criait toute seule comme une folle, d'ailleurs Amanda a bien dit : You're crazy :-)
 
[ Et qu'est-ce qu'il est bien foutu Brian ! ]

01:09 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

10/03/2005

Rehabilitating a Smile

Le ciel bleu # La neige # Des mails # Balade avec M. # Rentrer à pied avec M. # Des mails # Trois carrés de chocolat blanc # Une discution avec M. # Le ciel bleu # Un appel # Paul en pensées # Regina Spektor # 16.6 de moyenne générale # Rire de la prétention d'autrui # Très peu d'heures de cours # De bonnes nouvelles # Des mails # Xerit # Un sourire # Tony # Des sourires # Un concert en vue # Une rencontre en vue # Encore du chocolat # Des mails # Des pâtes au four # 1kg de perdu malgré tout # Maman que j'aime # Si seulement je pouvais lui manquer # Maman que j'aime # Dresden dolls # Des mails # V. en pensées # Pensées positives # Des mails...
 
Happy Happy Ornellalalalala

20:00 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

08/03/2005

Nightporter

Dans les profondeurs d’une nuit d’hiver, une brise légère caresse le bitume et enveloppe la ville. Une ombre se dessine sur les murs et des pas se forment sur la neige immaculée. Il est là, celui qu’on appelle Nightporter, parcourant les ténèbres d’une ville endormie. La journée il n’existe pas, seul il attend dans la nuit, cette nuit qu’il devrait redouter comme une vérité qui fait mal mais dont il aime à goûter le silence. Il ne pose pas son souffle dans les rêves des enfants assoupis mais est à la recherche des derniers points de vie qui brillent d’une lumière terne. Il longe les murs des quartiers mal famés, des rues mal éclairées, assez pourtant pour discerner ici et là ce que les gens simples appellent les rebuts de la société. Racailles, Filles de joie, corsages offerts au froid, toxicos, ceux qui ont délaissé les raffinements d’une société qui rejette les faibles, les sensibles… toute une génération perdue, condamnée à survivre.

 

Un promeneur parmi tant d’autres dirait-on, les gens reconnaissent sa démarche lente et soucieuse, introspection d’un flâneur solitaire en son âme blessée…Il essaie de ne pas enrager et se demande si c’est possible, les poings serrés. Pourquoi se bat-il contre des fantômes invisibles et perd encore et encore ses combats, il ne veut pas perdre le contrôle  de son cœur si généreux. La pleine lune est de sortie, sait-elle que la douleur le gouverne, il sent la rage qui monte, lui permettra t-elle de gagner cette fois ?

 

D'une Soeur de la nuit...


11:57 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

07/03/2005

Reprise

Changement de design... j'en avais marre du noir, un peu trop sombre à mon goût. La première personne qui me dit que ça fait cirque je la tue ^_^.


16:14 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

05/03/2005

Vapeurs

La fatigue brouille un peu ma vision et j’ai l’impression de n’être entourée que de vapeurs. Mon esprit me dicte ce mot…même si dans ma tête je vois plutôt un écran de fumée. Vapeurs d’une envie de sommeil, vapeurs d’une mélodie lente, voix affligée qui se propage en moi…j’aimerais juste pouvoir reposer ma tête sur un oreiller de plumes, reposer ma tête quelque part pourvu que cet endroit soit doux et léger, parce que j’ai l’impression d’avoir le cœur lourd. Ca doit être l’influence de cette musique…mais j’ai envie de m’y enfoncer, franchement. Dans le demi-silence de la nuit, j’ai pas le courage nécessaire pour protester. Et puis je l'aime cet artiste.

 

En ce moment j’ai tendance à me taire, plus que d’habitude. Ma famille le remarque, mes frères, surtout le plus petit, me font plein de câlins… ils sont mignons. Et puis il y’a deux jours, j’ai dit à ma mère sous une impulsion stupide que la chanson Tout le bonheur du monde de Sinsemilia me donnait envie de me suicider. J'ai dû le dire sur un ton morbide parce que depuis elle ne cesse de me demander si je vais bien. Je vais bien, je ne me plains pas de mon état d’esprit en ce moment. J’éprouve de petites joies et  parfois même je me sens heureuse, ou du moins apaisée. Et si je pleure c’est que la vie est comme ça, c’est tout.

 

Là je dois avoir les yeux éteints. Je vais éteindre la lumière aussi. 


04:40 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/03/2005

Conte d'une nuit

Un conte de fées qui se révèle en son sommeil,

Eveille ses lubies, vaporeuses réalités,

Éclaire des ailes blêmes aux images rêvées,

Psalmodie sa frêle chanson à son réveil.

 

Furtivement, il apparut en ses cauchemars,

Enrobé des vapeurs pourpres de la lune,

« Pardon mademoiselle je vous importune »,

Dans sa poche des billets d'amour grenats.

 

Ils burent l’élixir suave de la passion

Par la soif de fragiles espoirs. Avec ardeur,

Ils exigèrent l’ivresse éternelle de la chaleur,

Et de ne souiller leurs plaies d’un si vil poison .

 

Hélas l’aurore effleurait déjà ses rideaux,

Leurs vœux de minuit soumis au cruel jour,

Le manque vint et ses étreintes disparurent,

Sur une feuille humide elle coucha ses maux.

 

Esseulée elle pria de nuits pluvieuses,

Cacher enfin l’errance de ses larmes à ma vue,

Elle enchaîna son cœur, peur de renaître à nu,

Des mots tombèrent, autant d’armes silencieuses. 


21:24 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/03/2005

Je ne comprends pas...

... comment un jour on peut se sentir si proche de quelqu'un et puis le lendemain avoir à constater que cette personne s'est éloignée. Et on ne l'a même pas senti se détacher. Quand je rewind, il me semble que les liens étaient assez forts...Force est de constater que la majorité de mes relations - et même pas amoureuses encore - se terminent ainsi. Est-ce moi qui m'implique trop, qui suis trop en demande ? J'ai heureusement fini par accepter cette absence sans trop de dégâts, mais je reste toujours perplexe d'une certain façon.
 
J'ai relevé cette phrase du dernier roman de L.Pille :
 
"Il en est malheureusement ainsi de la majorité des rapports humains, tiédeur, tiédeur, tout plutôt qu'un investissement affectif risqué"
 
Pardon alors de trop en demander. Même si je ne pense pas que c'est trop que de vouloir des relations dénués de condescendance, d'intérêt et de lâcheté. Et puis je veux des gens courageux, originaux, sincères, passionés, intéressants, sensibles... 
 
D'accord, peut-être que j'en demande effectivement trop. J'aimerais tant qu'on me prouve le contraire.

05:20 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

26/02/2005

Troisième sexe




En leurs yeux la tentation, des lèvres si douces,

Qui attisent mes illusions d'un baiser flottant,
Désirs sybillins, Génie coupable. Inconscient !

Disent-ils ces éclats asexués nous perdront tous.


Danses sous une ombre, convoitise en sa silhouette,

Monoïque fleur de lys, pétale douce androgyne,

Éclairs ambrées de soie rose, cheveux longs tapette,

Penchants doubles. Ascension de son torse…Imagine !

 

Râles de bien-être hissés vers la voûte azurée,

Nymphe ambiguë, débauchée, aux attraits virils,

Roi et reine, libéré d’une chasteté futile.

 

Passer les frontières au delà de l’Amazone,

Deux seins d'une humeur mâle se plient et se donnent,

Etre Idéal, modèle d’une sainte dualité.

 

[ Cela faisait un moment que je voulais écrire un poème à ce sujet, et je l'aime beaucoup c'ui là :-) ]










18:26 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

25/02/2005

She must rinse it all away

Ces vacances pourraient ressembler à celles de l'été dernier s'il ne neigeait pas. Mêmes musiques, mêmes absences et mêmes questionnements.
 
Je ne cesse de me demander s'il faut avoir une personne à qui tout dire, j'en suis arrivée à la conclusion que même si une telle personne existait ce serait destructeur pour elle mais aussi pour moi peut-être de tout savoir. Bien. Que mon passé, car il s'agit essentiellement de cela, m'appartienne totalement. Que ces choses dont je me rappelle avec peine me tieinnent toujours éveillée la nuit et me déstabilisent au lever, soit.
 
Je me rappelle de ma brève correspondance avec Ed. cette fille de ma classe de l'an dernier. Ses yeux...lourds d'une histoire qu'elle ne pouvait raconter, quand elle me disait qu'elle avait trop de secrets je ne pouvais que lui répondre que je savais. Y'en a qui cachent trop mal leurs blessures. J'ai parfois envie de hurler au monde entier de ne pas seulement me regarder, mais de voir...je suis trop habituée à mon propre silence. On me dit de toute part que je suis égoïste alors que j'en ai parfois trop marre de ma personne et si je m'enferme dans mes murs c'est seulement parce que je sais que là dehors j'ai toujours tort. Comme
Elle je pose la question :
 
A quoi ça sert d'être intelligent si c'est pour devenir inaccessible ?
 
Mélancolie. D'un soir seulement.

03:33 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

23/02/2005

Let's have a war so you can go and die



Brisée au fond, elle n'a plus rien à cacher, champ de bataille en son corps. Et son coeur est tic tac...une bombe qui bat au rythme binaire de la cadence, un deux - un deux. Elle traverse les barbelés, lambeaux de chair sacrifiés, coups de feu et coups de blues. Des yeux qui saignent et une âme qui crie l'incompréhension...désolée d'être née pauvre, désolée d'être née fille, désolée d'être une infime part de l'humanité...tellement désolée...
Kaki camouflage et cicatrices bleues indigo, oh maman - métal froid disque dur - clic - oh maman je n'ai pas regardé où j'ai marché, je courais, oh maman je crois que je vais sauter...

[ Hard to live when the world keeps dying ]




19:12 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/02/2005

Mornes vacances

Finalement je m'ennuie, grave.
 
Je me lève sur les coups de midi, je prépare le café pour ma mère, je prends une douche. En mangeant je fais le tour des blogs - étonnez moi s'il vous plaît - Je regarde vite fait qui est sur msn. J'suis sur le point d'y rester...et puis non, pas envie de discuter. Je regarde les flocons de neige qui tourbillonent, pose ma tête sur la vitre froide. Je (re)lis Le père goriot, Glamorama, Raffles hôtel et Le portrait de Dorian Grey, tout en même temps. Je regarde dans le Téléstar - rien de bon, je tourne. Alors finalement j'ouvre mes classeurs, je cherche mon livre de français, mon TD de maths. Me re-voilà partie pour bosser un moment.
 
Je vais regarder Fight club encore une fois et ce soir ce sera Super nanny. Et je me coucherais vers 4h du matin en espérant que Y. revieinne vite des vacances. Lâcheur.

15:27 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

21/02/2005

Oh !

J'ai testé, J'ai goûté - Pas savouré
La vérité. 
Dégoût, Répulsion
Trop rance, Trop amer
Rends moi mes bonbons
Mots mielleux, tentations
Confort sucré
Mensonges et Manque
Rends moi mes rêves
Je hais parfois
Notre réalité


04:19 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/02/2005

-Ouf-

Demain matin j'ai encore trois heures de cours puis ce sera les vacances - j'en ai physiquement et émotionnellement besoin.
 
Cette semaine me laisse épuisée, complètement, je ne sais pas si c'est le stress des fins de trimestre, avec les bacs blancs, etc mais je suis exténuée. Les études me prennent beaucoup de temps, en réalité cela ne devrait pas representer beaucoup, mais toute la semaine je ne suis plongée que dans cela, pas de télé et - à priori - pas d'ordinateur. La plupart du temps je bosse et si je ne le fais pas je pense à bosser. Je ne vais pas trop me plaindre, ces restrictions portent leurs fruits, je me suis étonnée aux bacs blancs, je vais m'en tirer avec les honneurs comme d'habitude mais là c'est abusé.
 
Le pire c'est que j'envisage d'entrer en prépa littéraire après mon bac, la charge de travail va sûrement être triple mais au moins je saurais que c'est indispensable à ma réussite; là je sais que sans autant de travail je réussirais, un peu moins bien, mais ce serait encore satisfaisant pour mon ego. D'autant plus que ce trimestre je n'ai même pas augementé alors que j'y comptais bien. Tant pis, je ne suis pas surdouée.
 
Je compte me reposer, prendre mon temps, avaler un verre d'air frais.
Cul-sec. Chiche.

22:59 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |