07/07/2004

Le journal d'une folle

A present :  Il est passé encore, me remettre ces choses, qu'il appelle d'un ton douceureux mes pastilles, mes pastilles, couleur arc-en-ciel, vert, jaune, rouge, qui entraînent encore mon esprit plus loin dans le noir. Je suis assise, couverte de sang, une flaque au sol, me renvoie l'image d'une forme floue et humaine, un être dont le visage est lisse, un sourire au coin des lèvres, moi, comment imaginer la rage, qui bouillone à l'intérieur ? Mais ne nous précipitons pas, chaque chose en son temps.  Le lien si étroit entre vous et moi a été brisé, je crois que vous avez triché, je n'ai pas cherché longtemps la supercherie, mais je sais que vous l'avez fait, comment aurais-je pu perdre aussi bêtement ? J'en ai assez, assez d'entendre toutes ces questions germer dans mon esprit, j'ai perdu, perdu, perdu, il est temps de l'accepter. Comme un jeu de cartes, je vous ai donné mon coeur, et j'avais la mauvaise donne. J'ai mal à la tête, terriblement. J'aurais dû tout prendre autrement, j'aurais dû savoir où ça me mènerait...à ma perte. Après de petits actes de courage à seulement entrevoir la fin, il est temps.
 
Posé devant elle cet objet de metal, froid, lisse, et noir. Elle le hisse vers son visage, et murmure pour elle-même, comme un dernier constat :
 
" Chaque jour un torrent de pluie s'est déversé dans le puits de ma vie...aujourd'hui c'est la sécheresse".
 
Pourtant la sueur coule sur son visage, de grosses gouttes qui viennent polir la surface de l'arme. Où cela va-t-il la mener, vers l'enfer ou le paradis ? Elle souhaite depuis toujours ce Nirvana, son Nirvana, monde sombre et sécurisant, lieu empli de beauté poètique, de rêves et mystères dont elle seule détiendrait la clef. Face à la réalité...Click, un simple click.
 
Un frissonement. Le cran de sûreté était enclenché. Signe du destin, ou deuxième chance que lui offrait cette vie mesquine ? Plus moyen de reculer, ceci ne represente pour elle plus qu'un détail avant le grand pas. Concentrée cette fois, elle retire la seule barrière encore existante, ferme ses yeux...Bang ! Avec l'explosion, une mosaïque abstraite se dessine sur le mur, le sang coule dans chaque crevasse, comme jadis dans ses veines. Une sublime couleur, un rouge profond, à l'image de son âme.

03:44 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

... Tout simplement superbe...

Écrit par : Birdy | 07/07/2004

T rop ... Bien ...J'adore...Le journal d'une folle...A+

Écrit par : Marc | 07/07/2004

Question Le tout est de savoir ou de définir ce qu'est la follie.

L'amour est fou.
Les pensées sont follies.
Vivre est affolant.
Naître est une démence.
Lire est déviant.
Ecrire est "neurôniquement" détruisant.

Et comme celà, nous le faisons tous, ne sommes-nous tous guère fous ?

Écrit par : âme en soit. | 07/07/2004

J-O-L-I ! Je découvre depuis peu tout ces blogs de.... d'écrivains en herbes :o)
Et franchement, chui épatée, je lis de si belles choses !
J'ai parfois l'impression de me reconnaitre dans ce que je lis, de lire ce que je n'arrive pas toujours a exprimer !

hé heu voila koi lol

Écrit par : Valentine | 07/07/2004

Les commentaires sont fermés.