24/07/2004

La flamme



Une larme de cire parcoure la bougie qui allume ta présence,
La flamme qui dérive librement, éclaire le bleu de tes yeux,
Eros a pris place dans cette pièce, il suit la cadence,
Du navire qui vogue sur les eaux du fleuve Amour,
Mouvement qui nous rapproche encore et toujours.
 
Comme la brise douce du vent, je sens ton souffle chaud,
Le sang court mes veines,la chaleur se fait insupportable,
Elle voyage à travers le corps, aiguise tous les maux,
La caresse des mains de l'amant calme la peau enfiévrée,
Mais nul remède existe, pas de raison valable.
 
Nous nous lèverons et glisserons sur des soupirs passionnés,
Laissant le passé derrière, entamant une nouvelle danse,
Pas à pas, au rythme violent des vagues déchaîneés...
Le temps passe et les silhouettes de mon esprit flanchent
Je reviens difficilement à la triste réalité...
 
Une larme salée le long de ma joue souligne ton absence,
La bougie maintenant finie, renforce le noir de mes yeux,
Eros n'était qu'une ombre, qui a arrêté notre danse.
Plus de chorégraphies rythmés, plus de corps enlacés,
Plus qu'un immense vide, qu'il faudra bien combler...




22:56 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Très beau texte, tout en douceur...
J'aime l'ambiance musicale de ton blog...
A bientôt
Bisous

Écrit par : Ange Noir | 25/07/2004

Cela ... sent l'amour, le vrai, pas le physique barbare,
mais le total, celui de l'esprit par qui le reste sera conduit.
Parle donc encore ainsi, si tel est ce que tu ressents.
Ces idylles sont très porteuses de nos êtres,
Génératrices et fécondes des joies et peines réelles

A présent, il va falloir vivre.

Écrit par : Le jamais absent (...) | 25/07/2004

.... Superbe texte, passion cérébrale, des mots, des mains....j'adore....
Merci de nous avoir rajouté dans tes liens.

Biz et au plaisir de te lire encore et encore

Écrit par : ELLE | 25/07/2004

Les commentaires sont fermés.