13/10/2004

* Mon carousel d'emotions *



Joyau avance de sa belle crinière,
De ses couleurs vives elle vient fière,
D'orange vert et jaune, elle se teinte,
Dans ses yeux du rose, aucune crainte.
Mais alors qu'on voudrait encore l'admirer,
En un instant, elle s'est envolée.
Videl transparent, l'air de rien chemine,
On ne le voit point, mais il fait triste mine,
Il ne lasse de se faire ressentir,
Prend mon coeur comme point de mire.
Il frappe violemment, atteint sa cible,
Je fanche, quelle emotion terrible !
Choleria très rapidement apparaît,
De ma rancoeur jour après jour, naît,
Bouscoulant sur son passage les barrières,
Qu'elle croit encore être les dernières.
Tous la regardent avec etonnement,
Tellement rares les fois où on la ressent.
Craignos nerveusement avance,
Entame de l'hésitation l'egnigmatique danse,
Groite ou gauche, gauche ou droite ?
Ses pattes se font soudain moites.
Elle finit trop incertaine par s'effondrer,
Tous déjà ne font que la mépriser.
Melancholia de sa couleur d'ébène,
Parade lentement, se fait detester,
Elle se fait une joie de rester.
Encore et encore, elle tourne en rond,
Déjà les spectateurs s'en vont...
Mais elle porte sur son dos une cavalière,
Qui s'accroche de peur de tomber comme hier.
Cette personne dont on ne voit le visage,
Laisse des effluves de peine dans son sillage.
Son coeur bat de concert avec le mien,
Il y'a entre nous comme un effroyable lien.
Mélancholia se cambre, provoque sa chute
L'anonyme cavalière a perdu sa lutte.




17:04 Écrit par teen_spirit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.